Une autre expérience enrichissante – Le Fil – La Vie Sportive

Une autre expérience enrichissante

Par Sébastien Lacombe

Catégorie : Actualité

Il a plu pendant une bonne partie de la journée et je suis mouillé de la tête aux pieds. Je suis à la 8e heure de la Pandora -24, une course hivernale d’une durée de 6 ou 12 heures qui se déroule à Prévost, sur une boucle d’un petit peu moins de 3,5 km. Vous croyez peut-être que parcourir le même tracé à répétition pendant 12 heures semble blasant et monotone. Et bien vous avez totalement raison. Après 2 heures, je rentrais ma tête à l’intérieur du restaurant/ravito où ma copine m’attendait pour lui dire que j’étais tanné et que je n’avais pas de plaisir. Pour être honnête, j’ai longtemps pensé arrêter à la 6e heure. Je me disais que ce serait quand même un bon entrainement et que j’aurais ma soirée de libre pour allé souper au restaurant et boire de la bière. Par contre, j’ai choisi d’y participer alors je dois assumer et terminer ce que j’ai commencé.

Depuis le début de la course ce matin à 10h01, je suis sur le pilote automatique. J’ai tellement fait de tours que je suis incapable de dire exactement où je me situe, mais je sais que je suis parmi les meneurs. Tout au long de la journée, le classement tenu par l’organisation n’est pas exact et cela n’aide pas. Il me manque des tours et je dois les avertir à deux reprises qu’ils ont oublié de noter mes passages. Maintenant qu’il ne reste que 4 heures à faire, je décide d’augmenter ma cadence pour me séparer des autres coureurs. Je dépasse tout le monde à au moins une reprise. Je crois maintenant être en tête. Les deux autres participants qui sont en position de faire un podium maintiennent une bonne cadence et je commence à ressentir que j’ai ouvert la machine trop tôt. La dernière heure et demie sera difficile. Heureusement, j’ai la chance d’avoir ma copine avec moi pour les deux dernières boucles. C’est en courant avec elle, dans le noir, avec nos lampes frontales et les flambeaux que l’organisation avait installés que j’ai réalisé que de partager des moments comme ça avec les gens qu’on aime n’a pas de prix. Le classement n’avait plus aucune importance et je ne voulais que profiter de l’instant présent. C’était un de ces moments de grande simplicité où nous ne faisions que courir dans le parc des Falaises de Prévost, en pleine nuit, et rien d’autre au monde n’existait.

Au final, il y a probablement eu des erreurs pour ce qui est du résultat officiel, mais ça ne me dérange pas. J’ai eu la journée que je voulais et je suis heureux d’avoir eu Xavier et Vincent pour me pousser à me dépasser. De plus, je crois que nous pouvons affirmer que tous les participants à cet évènement sont des gagnants, car nous en sommes tous sortis grandis.